Souvenirs de mer

10 septembre 2009

Relève d’équipage en avion chez Dreyfus 1/2

Les marins prennent souvent l’avion. Donc tout récit de voyage aérien des marins a sa place à bord de Souvenirs de mer. Et l’ambiance à bord est naturellement un vaste sujet.

Il arrive parfois qu’une "atmosphère de bord" se prolonge après avoir quitté le navire, durant le trajet de retour au pays en avion pour prendre des congés bien mérités par exemple.

GIF - 23.4 ko
Ce piaf là est moins dangereux que les goélands et les vautours

D’autre part et de longue date, il arrive parfois que le "personnel navigant commercial" des Cies Aériennes ait à subir difficilement des comportements plus ou moins turbulents ou indisciplinés de certains passagers, en particulier lorsque ceux-ci voyagent en groupe. Ce phénomène serait même actuellement en aggravation d’après la presse spécialisée. Ceci m’étonne à moitié car notre Monde est beaucoup plus malade que celui des années 1970 ou 80...

JPEG - 55.8 ko
Cathay Pacific, la Cie Chinoise de Hong-Kong.

Cela dit parmi les "groupes à risques" nous pouvons compter par exemple, les marins débarquant ensemble lors la relève, j’aime autant vous le dire !
D’autre part et avec le recul du temps j’affirme que les débarquants du Pierre LD en 1985 dont j’étais, n’ont rien fait (nous ne sommes pas passés dans le journal) de grave à bord de ce Boeing 747 de l’excellente Cie Cathay Pacific. Mais il serait malhonnête d’écrire que nous avons été sages et disciplinés durant ce vol entre Tokyo, Hong-Kong, Djeddah et Paris et que personne à bord ne nous a remarqués. Oh non ! ;-))

JPEG - 92.5 ko
Atterrissage d’un 747 Cathay Pacific à Hong-Kong

Au contraire, il est arrivé que certains d’entre nous se montrent pour le moins "pesants" à bord de cet avion. Ceci ne fut que la conséquence stupide et difficilement évitable de la très mauvaise (et dangereuse) ambiance qui régnait à bord de ce navire. Donc après avoir lu l’ambiance vous comprendrez mieux que "ça" risquait de "continuer" après avoir quitté le bord. Et c’est arrivé.

JPEG - 73.4 ko
Le Pierre LD de 1980, c’est arrivé à son bord.

Dans notre groupe, nous avions tous entre 5 mois et 7 mois de bord chacun, avec le "ras la casquette" de bouffer de la tôle que cela implique. L’alliage d’aluminium de ce Boeing allait donc nous faire un excellent dessert. D’autre part "bouffer de la tôle" loin de chez soi et des siens durant des mois est une chose, nous en sommes tous capables. Le faire en ne se supportant pas très bien les uns les autres, c’est beaucoup plus difficile.
- Il faut bien que la "pression" baisse tôt ou tard. Pour ma part en regardant une dernière fois mon navire, du bord du minibus de l’agence qui démarrait vers l’aéroport, j’ai pensé :
- "Plus jamais ça !" En espérant que la Cie de Navigation Denis Frères ne m’envoie pas une fois de plus sur un autre navire que le sien. Oui, le sien ! Elle n’avait plus que l’Etienne Denis, pour les autres c’était du "ships-management" ou de la mise à disposition des gars chez Dreyfus par exemple...

JPEG - 56.2 ko
Le Charles LD, sister-ship du Pierre. Sur les trois photos, voir les grands portiques.

Pour mieux raconter ici ce vol mémorable, je viens de relire (ou revivre) l’ambiance du Pierre LD racontée ici.
Toutes réflexions faites, je me sens extrêmement sévère avec notre commandant, que je fus content de laisser à bord loin de moi. (n’ayant que deux mois à bord, il devait donc débarquer à la relève suivante) Autant j’avais su apprécier son prédécesseur Max Briant, autant l’autre et moi, "nous n’avons pas su nous plaire"...

Ceci dit une scène telle que cet entretien avec le maître du bord telle que je l’ai racontée, ne pouvait pas se passer beaucoup mieux. Il n’a pas été "marrant" avec moi, mais pas plus que moi je le fus avec lui finalement. Je suis obligé de le dire, étant à sa place je n’aurais probablement pas été plus accommodant. Lui c’est lui, moi c’est moi, j’aurais donc "fait"
autrement. Mieux que lui ? Ca n’est pas sûr du tout...

GIF - 4.8 ko
Mille millions de mille sabords !
(tous laissés ouverts dans le gros temps !)

Cette fonction n’est pas la plus facile à vivre à bord (certains de mes lecteurs le savent fort bien) et quand une situation à bord échappe presque totalement au contrôle d’un capitaine, on peut comprendre à bon droit une légitime mauvaise humeur. Les situations de conflit à bord du Pierre n’était pas de mon fait. Mais ce n’était pas de sa faute non plus. Tels sont parfois les aléas de la Navigation. S’il n’y avait que la technique ou les conditions commerciales pour nous compliquer la vie...

JPEG - 60.6 ko
Et oui, il y en a aussi Japon. Ceci ne s’invente pas je l’ai vue en ville !

A bord du minibus de l’agence qui nous transportait vers l’aéroport, dès le départ il fut évident que quelques uns d’entre nous (pour ne pas dire plus de la moitié) n’allaient peut-être pas "bien se tenir" pendant le voyage. En effet une fois tous débarqués, la hiérarchie sociale naturellement bien établie du petit village qu’est d’abord un navire de commerce, ça n’a plus vraiment lieu d’être.

JPEG - 61.8 ko
Ambiance d’enfer à table... Extrait de "Tramp".

Notre second capitaine débarquant pouvait bien se considérer comme le responsable du groupe, la réalité visible n’était pas celle-ci car sans avoir le bateau sous nos pieds, il n’avait plus aucune autorité réelle. Nos regards se sont croisés, alors qu’il renonçait à essayer de calmer l’excitation grandissante des plus jeunes matelots et ouvriers mécaniciens. Il pensait visiblement exactement la même chose que moi :
- "Diable, ils vont certainement faire les cons durant tout le voyage, même dans l’avion. En plus ya pas d’doute, yen a qui ont déjà trop bu.... Oh merde."

JPEG - 49.6 ko
L’image du Japon est-elle conforme à la réalité ?

Le chauffeur Japonais (naturellement) du minibus avait tout à fait le genre d’un Samouraï. Il sut donc lui-même rétablir le calme à son bord en se retournant vers nous en prononçant d’une voix forte une courte phrase mystérieuse, pas loin de "Banzaï" ! Bah, il allait enfin foutre dans l’avion ces barbares Occidentaux, patience. Avec les Japonais si "ça coince", on ne négocie pas ! On "plie" ou on quitte les lieux.

JPEG - 39.8 ko
Avec eux on ne discute pas, on capitule !

J’ai observé mon billet d’avion, ce serait un avion Chinois de Hong-Kong, Cathay Pacific oblige. Notre second capitaine a probablement aussi pensé :
- "Il faudra dans l’avion un équipage de Samouraï, (surtout pas des Kamikazé) mais nous aurons à priori des Chinois. Hum hum..."

JPEG - 75.6 ko
Hôtesse et pub pour Lookheed

En fait de Chinois, en voyant l’équipage technique je fus surpris. C’était une joyeuse bande d’Ecossais* moustachus et rigolards, plus très jeunes. Des gars d’expérience visiblement. Le personnel de cabine cependant, ne manqua pas d’attirer une attention plus "soutenue". Ces très jolies hôtesses de l’air toutes Asiatiques et certainement originaires "de plusieurs pays de là-bas", étaient toutes plus belles et souriantes les unes que les autres.

JPEG - 131.9 ko
Hôtesses Cathay Pacific

J’ai donc pensé deux choses en m’installant à bord de ce bel avion à la décoration intérieure soignée :
- L’accueil à bord par Cathay Pacific, Wahou ! Magnifique.
- Les plus cornichons de notre troupe d’excités vont-ils se montrer dignes d’un aussi bon accueil ?

JPEG - 16.2 ko
"Queen of the Sky" disait la légende, une pose un peu artificielle.

J’avais des doutes et ne fus pas le seul. Heureusement nous avons pu choisir nos places. Comme moi, le second mécanicien et notre second capitaine se sont installés avec prudence à l’écart des "turbulents" car dès notre "mise en place" à bord, certains se sont faits remarquer. Dans les yeux du second j’ai pu lire :
- "Ca commence bien..." Pour ma part j’ai songé :
- "J’espère qu’ils ont au moins une chef-hôtesse très autoritaire et pas trop jeune à bord, comme chez Air France."

JPEG - 135.2 ko
Chef Hôtesse à bord de Cathay Pacific

De l’autorité, il en a fallu un peu. Il n’était d’ailleurs pas impossible d’en bénéficier plus que prévu, de l’autorité. Ca, je ne l’ai su que plus tard.
- A suivre avec le Mauvais genre aéronautique marin 2...

Bien navicalement - Thierry Bressol - OR1
- Qui regrette infiniment d’avoir si peu photographié en voyageant et d’avoir dû "prélever" ça et là, l’illustration souvent réalisée par d’autres, de tout ce qu’il a su voir ou entrevoir en naviguant. Je ne le dirai jamais assez.
- ESCALE au JAPON (le 13 Mars 2011)

Note* : J’ai su quelques heures plus tard d’où ils étaient originaires.

JPEG - 73.6 ko
Pour embarquer à Dahran en 1979, j’ai volé à son bord.

Les pages Dreyfus à bord de "Souvenirs" :
- L’ambiance à bord
- Les vrais pirates de la Bounty
- Internavis 2 et la folie
- Le blues à bord
- Rencontre de la Belgique en Australie

- Site Historique Louis Dreyfus Cie (très documenté)
- Jean-Jacques Salein et Louis Dreyfus Cie
- Prendre l’avion autrefois...

NOUVELLE ZELANDE

GIF - 108.9 ko
Carte du plus beau pays du monde

- Escales en Nouvelle Zélande 1 Auckland
- Escales en Nouvelle Zélande 2 Auckland
- Escales en Nouvelle Zélande 3 Bluff
- Escales en Nouvelle Zélande 4 De Bluff & Invercarghill à Timaru
- Escales en Nouvelle Zélande 5 Timaru
- Escales en Nouvelle Zélande 6 De Timaru à Christchurch
- Escales en Nouvelle Zélande 7 Détroit de Cook et Wellington
- Escales en Nouvelle Zélande 8 Napier & Tauranga (2009)
- AGROGLYPHES (l’insolite agricole total)
- Rainbow Warrior... "Hill falépâ kon..." !!
- Echelon ou Greenpeace ?
- Le 4 mâts "Ville de Mulhouse" à venir 2009

Les pages "Aéronautiques" :
- Le Mauvais Genre aéronautique 1
- Le Mauvais Genre aéronautique 2
- Le Mauvais Genre aéronautique 3 (et le 11 Sept. 2001)
- Le 11 Septembre 2001
- Le Mauvais Genre aéronautique Marin 1 (la relève par avion chez Dreyfus)
- Le Mauvais Genre aéronautique Marin 2

JPEG - 19.6 ko
Symbole de l’accueil du site

- Plan du site & Plan de "Marine Inconnue"

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur


Souvenirs-de-mer : http://souvenirs-de-mer.blogdns.net/