Souvenirs de mer

11 septembre 2006

Le Grand Attentat Multiple du 11 Septembre 2001

A la fin du beau mois d’Août 2001, ma longue mission consacrée au réseau de Faisceaux Hertziens de l’opérateur GSM Franco-Hollandais Dutchtone s’achevait doucement. C’était... Bientôt les vacances !
- Mes escales à New-York, les grèves de dockers, le 11 Sept. etc...

(corrigé les 11 Septembre 2011 et 2012 à 15h30)
- Brûler le Coran en public le 11 Septembre ? (le 8 Septembre 2010) Encore un truc intelligent...
- Une mise en danger des Combattants (le 7 Septembre 2010)

Note personnelle : Le Monde Occidental n’a-t-il pas encore assez de problèmes ? Cela s’imposait 10 ans plus tard, le Département d’Etat des USA et le Vatican l’ont fait :
- Un solide Rappel aux Valeurs Américaines piétinées par ces crétins !
- Un Rappel aux Valeurs Chrétiennes, les vraies !
- La Chapelle St-Paul, site magique de "Big Apple" (le 11 Septembre 2011)


Lors d’une longue conversation consacrées aux voyages et aux vacances, j’ai fait connaître à quelques bons amis, le bon conseil suivant :
- "Vous allez aux "States" en Septembre ? Il me semble que la meilleure façon de se balader sur la Côte Est, c’est louer une voiture et pénétrer à l’intérieur des Etats-Unis en s’arrêtant "ça et là" dans un "Motel" au bord des routes. Ceci dit au début ou à la fin du séjour, une petite question peut se poser :
- Quand "faut-il" passer à New-York ?... Autant la ville mythique des USA n’est absolument pas représentative de ce pays, autant elle reste une Destination Incontournable. Vue de l’intérieur des Etat-Unis "Big-Apple" est la Porte de l’Europe, mais pour nous c’est l’inverse. A mon sens le Printemps et la mi-Septembre sont probablement les deux meilleures périodes de l’année pour séjourner en touriste à New-York, de préférence à partir du 10 Septembre, "c’est exactement quand il faut", sauf lorsque le terrorisme s’introduit avec son très Mauvais genre aéronautique...

JPEG - 45.3 ko

Comme là-bas l’insolite est toujours au rendez-vous, cette Surprise a été mise à jour sous le site "Ground Zero" 9 ans plus tard. On n’a pas fini de découvrir des tas de choses inattendues, parfois même sans aucun rapport avec cet évènement.
- D’autre part cette page est étroitement associé à ceux consacrés aux pays d’origine du problème posé, c’est à dire à l’Afghanistan et au Pakistan. A propos de ce dernier article, nous espérons que cette supposition ne sera jamais un souvenir de mer...

JPEG - 43.9 ko
Manhattan en 2002 - Le grand poster du carré des officiers du M/V Roro Manhattan montrait cette vue. Oui, aujourd’hui il manque deux tours...

Ce fut aussi pour moi l’occasion d’expliquer doctement que le climat de New-York est dur, qu’il y fait extrêmement chaud, pour ne pas dire que c’est tropical durant l’été et extrêmement froid durant en hiver, pour ne pas dire presque Sibérien. Septembre et Octobre sont par contre tout à fait modérés et l’été s’y attarde souvent.
- "So and so and so...." Tout cela est d’ailleurs visible dans le "guide du routard" par exemple. Mais il n’y a pas que la climatologie locale pour intervenir durant un voyage et je dois vous rassurer, les intéressés quittèrent "la Grosse Pomme" le 8 Septembre à cause d’un autre imprévu. Qui va s’en plaindre ? Ils n’ont rien manqué en ne s’attardant pas quelques jours de plus...

JPEG - 16.4 ko
Vue en hélico de Manhattan

Les 3 Lois fondamentales de l’Aviation, jeune cousine de la Marine, furent violées ce jour là :
- Article 1 : Le décollage est toujours facultatif. L’atterrissage est obligatoire.
- Article 2 : Tentez donc de toujours garder le nombre d’atterrissages que vous faites, égal au nombre de décollages.
- Article 3 : Tout abus a été et sera puni.

- Le Mauvais Genre aéronautique 1 & Le Mauvais genre aéronautique 2
- L’Aéronautique et le 11 Septembre 2001 au point de vue "technique". En effet une nouvelle sorte de pilote est apparue ce jour-là, ceux qui ne tiennent plus compte des 3 Lois Fondamentales de l’Aviation.

JPEG - 75.3 ko
En visitant la Tour Nord en 1982, je n’imaginais absolument pas que...
(une de ces deux tours de bureaux était très ouverte au touristes, comportant entre autres, un grand bar et restaurant dont le point de vue absolument unique au Monde, valait le déplacement)

Evoquer le Grand Attentat du 11 Septembre 2001, c’est aussi me souvenir avec émotion de mes escales à New-York et mes vacance au Cap d’Agde avec une amie en Septembre 2001. Nous étions partis en vadrouille dans le Pays Cathare. Entre autres endroits intéressants, nous avons visité ce jour-là Rennes Le Château, lieu de l’étrange histoire de l’Abbé Saunière à Rennes le Châteaux. Découvrez donc aussi Rennes le Châteaux.

JPEG - 173.4 ko
Mon équipement radio est GSM depuis 1993. Il a donc sa place aujourd’hui dans une poche de chemise "Marine Marchande" Balsan...

Avurnav ! Cet un endroit n’est pas très facile à trouver, même en venant avec une bonne carte locales ! Une simple carte routière se révèle en général insuffisante d’ailleurs. Ceci rend le voyage encore plus intéressant.

JPEG - 382.3 ko
La vieille citée de Carcassonne

Il était fatal que durant l’après-midi, un petit crochet par Carcassonne s’imposât. Ainsi vers 16h00 locales, je me foutais royalement du fait qu’il était 09h00 à New-York et qu’un certain nombre de travailleurs de tous les métiers, de toutes les races, toutes nationalités et toutes les religions imaginables, se rendaient tranquillement à leur boulot et que certains y étaient déjà. Ils prenaient le métro ou le taxi toujours jaunes, souvent une Peugeot durant les années 1980, ou bien ils venaient à pieds sous le rayonnant Soleil de New-York en Septembre...

JPEG - 97 ko
Le Métro de New-York est aujourd’hui beaucoup plus moderne qu’en 82. Suis passé là d’autre part.

Les plus matinaux d’entre eux furent fort mal récompensés d’avoir eu la très mauvaise idée de commencer à travailler avant les autres, qui arrivent le plus souvent au bureau vers 10h00... C’est une tendance mondiale de la bureaucratie moderne, venir travailler de plus en plus tard, pour le quitter (bien sûr !) de plus en plus tard le soir.

JPEG - 15.5 ko
La vieille citée de Carcassonne

Loin des yeux, loin du coeur, j’avais donc complètement oublié New-York. C’est si loin... Nous étions à la terrasse d’un café du centre-ville du Carcassonne moderne, lorsque j’ai cru entendre quelques rumeurs. Peu à peu, de plus en plus de gens rentraient à l’intérieur de l’établissement, trouvé vide en arrivant. Sur la terrasse ensoleillée on se sentait plus tranquilles. Cela dit en allant aux toilettes, je n’ai pas manqué de jeter un coup d’oeil distrait et d’abord amusé sur ces pingouins de plus en plus nombreux, qui regardaient un film-catastrophe à la télévision, Manhattan sous une fumée noire...

JPEG - 31.8 ko
Plus de tour, mais la lumière pour les rappeler. En passant derrière un groupe fasciné, regardant la TV, j’ai cru que c’était un film...

Au retour j’ai fait une petite remarque au comptoir, sentant qu’il se passait quelque chose :
- "Deux autres Leffe s’il vous plait... Oui, là-bas en terrasse... Ca a l’air tout à fait passionnant ce film..." En me retournant vers le grand TV.
- "Ceu n’é pas ung filmeu moosieur...."
- "Pardon ?...."
- "Un avion de ligne est tombé sur une des deux grandes tours de Manhattan à New-York. Elle a pris feu d’ailleurs... Regardez vous-même..." ajouta-t-il. Stupeur et doute... Comment c’est possible ? Mon amie est venue voir, prise au piège de la TV comme les autres. Le tout petit pilote privé que je suis, s’interrogeait :
- Avec cette météo magnifique, c’est impossible ! Sauf à le faire exprès... (ce que je pensais absolument impossible !)

JPEG - 25.3 ko
Incrédulité et Stupeur totale. Ensuite, le Pentagone !
(bizarre ! La tour Nord touchée la première, tomba après la tour Sud. Maintenant, c’est expliqué)

Je suppose que jamais un aussi grand nombre de personnes sur toute la planète, se sont retrouvés ainsi n’importe où devant un TV, fascinés ou hypnotisés par ce qu’ils voyaient :
- Les commentateurs annonçaient la chose en présentant l’évènement comme un accident d’avion, tout en exprimant leurs doutes sur sa cause probable. Nous ne comprenions pas. J’étais pris de stupeur, comme jamais dans ma vie ce n’était pas arrivé depuis une mauvaise farce en Yougoslavie en 1994 et le naufrage heureusement manqué de mon porte-conteneurs le "Roro Manhattan" en février 1982. Ce genre de stupéfaction n’arrive pas souvent dans une vie.

JPEG - 25.7 ko
L’Incrédulité Absolue !
(bizarre ! La tour Nord touchée la première, tomba après la tour Sud. Maintenant, c’est expliqué)

La TV nous montrait en permanence les deux tours dont l’une fumait comme un volcan, quand soudain un second avion a surgi de nulle part pour immédiatement traverser entièrement la seconde tour. Je n’ai pas honte de le dire, j’ai avalé de travers en disant :
- "Ce n’est pas possible. C’est un montage..." Mais le "film" continuait, la TV montra de façon fort clair des milliers de débris et des corps en train de tomber en tourbillonnant... Tous et toutes ont eu le même type de réaction que moi. Il y a même eu une sorte d’exclamation collective, comme un grand "Ohh !!"

JPEG - 7.1 ko
Il a fallu le voir au moins 4 fois de suite pour y croire....
(bizarre ! La tour Nord touchée la première, tomba après la tour Sud. Maintenant, c’est expliqué)

Mon amie et moi avons décidé tacitement de quitter les lieux, car nous avions de la route à faire et je pense avoir mal supporté ce que j’ai vu. Nous ne fûmes sans doute pas seuls dans ce cas. Trente ou quarante minutes de ce spectacle étaient de trop au moins pour moi. Mais nous fûmes vite conscients que ce n’était rien d’autre que "vrai"...
- Il me semble aussi que certaines personnes oublièrent de payer leurs consommations et que le staff du café a lui-même été assez perturbé pour ne pas y prêter attention. Je suis donc certain que l’évènement leur a aussi coûté quelque chose. Encore que... J’étais fort capable de payer deux fois nos consommations et ne fus certainement pas le seul ! Peut-être le patron du café en a-t-il finalement retiré bénéfice, car des gens sont venus rien que pour le TV et prendre quelques "remontants" furent nécessaires... Je me suis posé la question en pensant tout haut :
- "Comment un truc pareil peut-il arriver deux fois de suite en moins de 30 minutes sur une même ville et... Sur les tours jumelles ?"
- "Ils l’ont fait exprès ou quoi ? Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?"

JPEG - 12 ko
Le 3 mâts Wavertree, au Southstreet Seaport Maritime Museum, non loin du WTC

La réponse à cette question n’allait pas tarder, car la succession des surprises n’était pas terminée. Sur la route, l’autoradio nous permettait de suivre les évènements... L’annonce de l’effondrement de la première tour comme un château de cartes (je cite) m’a fait faire un dangereux écart de direction. Pourtant, on pouvait s’attendre à ce qu’un choc pareil la fragilise. J’ai donc eu la certitude que le tour (si j’ose dire) de la seconde tour était imminent, ou au tout moins probablement pour, dans la journée ou dans la semaine. Comment pourrais-je savoir ? Je me suis exclamé :
- "Mais c’est abominable ! En 82 j’ai visité la Tour Nord du WTC ouverte au touristes, on a même déjeuné au restaurant très original (et un peu cher ;-)) mais c’est New-York tout de même...) situé en haut et fort bien nommé "Fenêtre sur le Monde". Normalement en semaine au moins trente ou quarante mille personnes travaillent dans ces tours ! C’est affreux !" Calculais le décalage des heures tout en parlant j’ai pensé :
- "Heureusement il n’est que neuf ou dix heures là-bas, je crois... Ouf ! Ils ne sont pas tous là."

En effet ce fut confirmé, seule une minorité des gens du WTC étaient déjà au boulot. De fait à propos d’heures, la TV Française s’est montrée peu précise au début. Le plus inquiétant pour moi fut le visible désarroi total et l’impressionnante pagaille qui semblait régner sur place. D’autre part, on annonça aussi que "POTUS" était injoignable, ce qui fut certainement le cas plusieurs fois durant quelques périodes plus ou moins courtes de cette folle journée. "Potus" en jargon militaire local, est toujours le surnom du Président : "President Of The United States". Ce pauvre Georges avait réellement l’air sidéré, comme tout le monde, et devait sans doute se demander quoi faire.

JPEG - 52.2 ko
On le présente plus cet endroit mythique... Ici blessé.

J’étais perdu dans des pensées pouvant se résumer par, "n’importe quoi de très grave survenant aux USA nous concerne aussi, naturellement". Alors... Que va-t-il donc arriver ensuite ? Cette question se transforma en un noeud dans l’estomac quand on a su qu’un avion était tombé sur... Le Pentagone ! J’ai pensé :
- "C’est le bouquet final..." Puis étant déconcentré au volant, je me suis arrêté. Alors là...! Bien que n’étant pas un militaire Américain, pour moi frapper le Pentagone, c’était le Sacrilège total et impensable jusqu’à ce jour.
- "Ca va chauffer Patricia ça c’est sûr..." Ai-je dit. Il y en a qui peuvent sortir les casques... Ensuite, j’ai pensé :
- "C’est une agression globale, ils (qui ça ils ?) vont donc aussi faire ça en Europe..."

J’ai donc téléphoné à mon boss, car le siège de ma Société d’Ingénierie en Telecom, se trouvait au CNIT à Paris la Défense, sans aucun doute l’une des plus belles cibles du quartier, il faut le reconnaître... J’ai en effet vite pensé sur le moment que les terroristes allait frapper pareillement à Paris, à Londre, Milan, Berlin etc. Qui va savoir ? Cela aurait montré une certaine cohérence et une implacable logique à craindre. Il était évident que c’était un seul et même attentat multiple, le plus grand de tous les temps pensais-je alors et qu’il "continuait" ailleurs qu’à New-York. Pourtant, il ne se passa rien. Ouf !? Faute de moyens suffisants pour frapper partout ? Probablement. Après le Pentagone, la Maison Blanche, le Capitole ou à Langley la CIA, etc. Les "belles" cibles ne manquent pas sur la Côte Est. Ils ont d’ailleurs avoué ensuite avoir eu réellement "les jetons", ce qu’on comprend fort bien.

JPEG - 24.5 ko
Déduction d’enquête technique. Heureusement l’endroit est fort bien protégé contre l’incendie...

Cette inquiétude avec le recul du temps peut sembler ridicule. Cela dit, compte tenu des moyens mis en oeuvre et de la mentalité de "ces gens-là", je suis certain que seul le manque de moyen disponible les a empêché de frapper la collection complète des "belles cibles".
- J’ai d’autre part, admiré sur le moment l’extrême retenue du président Georges W. Bush le jour même et les suivants. Pour ma part, en étant à sa place (Dieu m’en a gardé jusqu’à présent) ma réaction aurait été beaucoup plus rapide ! Dès le lendemain, à sa place "j’aurais cogné" très fort au moins un site ennemi et je l’aurais annoncé le soir même... Mais sans doute les moyens comme les informations claires et précises manquaient-elles. Qui peut savoir ? Il est de notoriété publique qu’il existe une sur-information des Dirigeants qui peut les paralyser. Cela a sans doute "noyé" l’essentiel sur le moment. Ils furent tous mis "KO debout".

JPEG - 181.2 ko
Le Club Village Vanguard aujourd’hui

Pour évoquer ce qui est arrivé aux équipages des quatre avions, à savoir que pour commencer nous avons su ensuite qu’ils ont égorgé des hôtesses de l’air, au moins un passager ou plus et les pilotes, fatalement. Et bien :
- Sans commentaire...

La seule satisfaction de la journée fut de comprendre que "l’équipe" terroriste du quatrième avion détourné avait échoué dans sa mission, même si tout le monde à son bord avait perdu la vie...
- Etait-il destiné à la Maison Blanche ou au Capitole ? Depuis 1814 lorsque les Anglais ont pris la ville et y ont mis le feu, personne n’a pu ne serait-ce que renverser une poubelle de bureau en ces lieux sacrés entre tous. D’autre part les "organisateurs" avaient-ils prévu cinq avions ? Ce serait logique. En 2011 on ne le sait toujours pas. Un imprévu a peut-être "trop" retardé le 5ème. Qui va savoir ?

JPEG - 29.5 ko
Le Club Village Vanguard à Greenwich Village, Manhattan

En Février 1982, à notre arrivée très en retard avec le porte-conteneurs "Roro Manhattan" à New-York, il ne se passa rien de tragique, bien au contraire. Même si nos aventures mécaniques continuaient. Mais... C’est une autre histoire !
- Les aventures mécaniques extraordinaires du Manhattan

Au lieu d’escaler quelques heures et d’appareiller immédiatement, nos ennuis mécaniques et... Quelques belles grèves des dockers nous ont permis de visiter cette grande ville, autant que faire se pouvait tellement cette ville est vaste.

GIF - 19.5 ko
"Plan" du Southstreet Seaport Maritime Museum

C’est ainsi que l’Ile de Manhattan fut quadrillée par l’équipage. Nous avons même su commencer par un pèlerinage dans un haut lieu du Jazz, le Village Vanguard, pour n’évoquer que cet endroit-là... Les quelques amateurs éclairés de Jazz du bord furent déçus par ce qu’était devenu l’établissement au début de 1982. Cela dit, c’était quand-même un endroit sympa pour y prendre un pot, et se moquer mutuellement de notre déception avec... Un certain nombre d’autres "pèlerins" venus de loin comme nous. D’autre part l’établissement a évolué depuis et c’est intéressant. Ce soir-là et le lendemain, nous avons trouvé des français et des belges en nombre, ce qui était fort prévisible tant ils sont nombreux à la "Grosse Pomme".
- Merci donc entre autres, aux Dockers de New-York, qui m’ont permis de visiter leur ville !

JPEG - 17.8 ko
Le 4 mâts Peking, proche cousin du Pamir, non loin de Wall-Street

Je suis d’autre part, attristé par l’incroyable nombre de sottises visibles sur la toile et dans les librairies, à propos de cet événement. Qui peut croire que la CIA ou les extraterrestres ont organisé l’affaire ? Pour ces derniers ils ne manquaient plus qu’eux ! Il existe même une vidéo visible via Google qui est aussi "un travail d’artiste"... C’est rigolo dans le trash, il n’ y a pas d’autre mot... Pourquoi pas le Vatican coupable pendant qu’ils y sont ? Mais, quelle bure !! Qui a intérêt à diffuser de telles fadaises ?

A lire, car c’est un peu plus sain :
- WORLD TRADE CENTER, 47ÈME ÉTAGE par BRUNO DELLINGER
- CATEGORIE : HISTOIRE ET ACTUALITÉ
- Date de publication : 5/9/2002 chez Robert Laffont
- Pages : 191 - Prix du livre : 16 Euros
- RÉSUMÉ (éditeur) :"Bruno Dellinger est un Français rescapé des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center. Une des tours jumelles logeait son entreprise, qui fut anéantie en quelques instants par un épisode surréaliste de ce qui n’est pas encore de l’histoire. Il restitue avec une exactitude déconcertante l’attentat vécu de l’intérieur. A travers son témoignage, il tente de nous rallier aux valeurs Américaines qui selon lui, allient aussi de manière exemplaire et unique humanisme et modernité". Fin de citation.
- L’activité de son entreprise était (et l’est toujours) le Service de Consultance destiné aux Entreprises Américaines qui se retrouvent en position de s’installer nouvellement en France, en n’ayant aucune expérience ni connaissance de ce pays très difficile d’accès il faut bien le dire, pour un patron Américain ! C’est dire que toute l’aide apportée par Bruno Dellinger et son staff n’est certainement pas inutile à ces aventurières que sont les entreprises US qui souhaitent "débarquer" au "Pays.fr"...

JPEG - 11.4 ko
"... la tour oscilla durant quelques minutes, nos chaises à roulettes commencèrent à se balader sur la moquette..."

Note perso : En lisant cela, on a peur tellement il est précis. On s’y croirait. Son opinion n’engage que lui bien sûr, mais c’est très intéressant et on comprend parfaitement son point de vue, beaucoup plus élevé qu’il peut en avoir l’air. Ce lyonnais vit et travaille de longue date sur place, sa petite boîte était sur quelques bureaux du 47ème étage. C’était modeste mais ça marchait bien, même si c’était difficile dit-il. Il était content et "on" a cassé sa cabane, comme celle des autres.

Son récit de la période "après" est rare et d’un extrême intérêt. "Ceux des Tours" qui ont survécu se sont en général retrouvés sans job du jour au lendemain, car souvent leur entreprise entière avait disparu, patron compris ! Lui, il n’avait plus que son costard... Cette semaine là, les notes de pressing furent sans doute mémorables...

Sans l’aide de sa banque New-Yorkaise, qui lui accorda une jolie ligne de crédit, sa petite entreprise n’aurait sans doute pas pu repartir. Il évoque même son informatique disparue. Il leur a en effet fallu reconstituer toutes les données de travail à partir des clients et de ce que le staff gardait heureusement parfois chez lui sur disquettes...

Témoignage de pompier : le plus gros morceau d’un téléphone qu’il a su trouver dans les décombres, fut... Moins de la moitié de la surface de son clavier, ce le seul débris clairement identifié !

JPEG - 28.6 ko
Soyons capables de rire de tout, pour essayer de dédramatiser

D’autre part, cet article ne serait pas complet sans évoquer les deux fameuses tours, à commencer par celle que j’ai pu visiter, qui était plus accessible que l’autre au public. S’y trouvait entre autres lieux facilement accessibles, un beau et grand restaurant avec bar, capable de servir plusieurs sorte de cuisine. C’était un peu cher mais excellent et on ne sera pas surpris de me lire, la vue était absolument imprenable... Mais le WTC était d’abord un lieu de travail pour les entreprises, composé par les deux grandes tours et un large centre commercial sous-terrain reliés par des accès directs au Métro.

JPEG - 421.6 ko
Pour voir ainsi le Pont de Brooklyn, depuis le 11/9/2001, il faut louer un hélicoptère...

La majestueuse austérité de l’esthétique extérieure des deux tours masquait beaucoup de choses intéressantes. Le hall d’accès était magnifique, tout en marbre blanc et de nombreuses oeuvres d’art rares souvent d’origines européennes et anciennes s’y trouvaient exposées. Tout a disparu...

Bien navicalement - Thierry Bressol - R/O
- Le Mauvais genre aéronautique est étroitement associé à ce texte. Au-delà des émotions fortes qu’apporta cet attentat géant, il existe aussi dans l’événement quelques aspects techniques passionnants. Cet article est aussi étroitement lié à ceux consacrés aux pays d’origine du problème posé, c’est à dire à l’Afghanistan ou au Pakistan pour ne pas dire le Dangeroustan. A propos de ces deux articles, nous espérons que cette supposition ne sera jamais un souvenir de mer...

JPEG - 33.2 ko
Il faut être capable de rire de tout, même si c’est parfois d’un goût douteux... Cela dit, qui est le plus douteux ? Le dessinateur farceur ou le grand organisateur ?

Dans la série "on nous prend parfois pour des billes" :
- Chose lue sur un paquet de biscuits apéritif American Airlines :
- Instructions :
- 1. Ouvrir paquet
- 2. Manger biscuit
- Moi, Tarzan. Toi, Jane. Nous voyager avec Air France !

J’ai aussi su garder un excellent souvenir de mer de traduction automatisée et non vérifiée, avec la notice Kamewa (du suédois au français) du système d’hélice à pas variable....
- "Qu’est-ce que c’est que cette histoire de fleur de lotus à chasse d’huile d’olive ?" Me demanda notre Chef mécanicien en détresse, car il ne disposait ni de l’original en suèdois, ni d’une version anglaise...
- Il avait Seulement cette merveilleuse traduction. Je n’ai pas su l’aider.

Merci à :
- Le pentagone frappé (?)
- Village Vanguard
- Musée de la Marine de New York
- Et aux deux sites "communaux" de New-York et de Carcassonne.
- A mon bord, Visages multiples et faiblesses des USA

JPEG - 32 ko
Une sortie du schooner Pioneer

Notes du 29/9 2006 : Emission de TV sur France 3 le 8 Sept. 2007 à 23h25 "Passé sous silence" :
- Le cabinets d’avocats de Mrs Ron Motley, Alan Gerson et Mike Essner, aide les familles des victimes, avec Evan Kohlmann et Jean-Charles Brisard, deux spécialistes du terrorisme. Leurs commentaires et informations furent d’un certain intérêt.
- Un reportage TV sur les pompiers de New-York dont le tournage commençait par hasard ce jour-là, nous montra des images extrêmement significatives, à commencer par les visages de ces pompiers, réunis pour faire le point et préparer les secours, dans le grand hall d’accès d’une des deux tours jumelles :
- Tous ouvraient de grands yeux ronds et montraient un visage exprimant leur plein désarroi devant une situation que très visiblement, "ils ne sentaient pas très bien"...
- On les comprend aisément, c’est bien la seule occasion qui pouvait les laisser aussi désorientés... Qui pouvait comprendre sur place et sur le moment ce qui arrivait ?

Liste de quelques personnages étranges liés au grand attentat :

Le "prêcheur" Salman Al Oudah, dont les cassettes disent :
- "Les attaques de civils sans défense sont autorisées et conseillées par Dieu..." Est-ce bien sûr ?

Le Prince Ministre Saoudien Turki Ail Fayçal, ancien chef des services de renseignement, aujourd’hui ambassadeur aux USA :
- Pourquoi ce gars-là a-t-il pu prendre l’avion, alors que presque tous étaient "cloués au sol" sur ordre ?

Pourquoi n’a-t-on pas ouvertement demandé au moins des explications, au président Omar Al Bachir du Soudan ? Ses mauvaises fréquentations et ses anciennes habitudes au Darfour, "font désordre"...

N’oublions pas :
- La lâche attaque contre le USS Cole en escale à Aden sans méfiance. (17 morts et 42 blessés)
- Le premier attentat contre le WTC de New-York en Février 1993, 6 morts et 110 blessés, avec pour conséquence la fermeture partielle d’une tour pendant deux ans. J’étais à Paimpol ce jour-là, et fus aussi surpris qu’en 2001. L’avertissement ne fut sans doute pas très bien "compilé" sur le moment...
- "Ceux qui ont fait cela, vont entendre parler de nous" déclara Georges W. Bush. On n’en espérait pas moins. Mais cela n’allait pas être si facile :
- Du Bac à l’Ecole Hydro en passant par l’Afghanistan
- Avec le recul du temps en 2008, la "gaffe des gaffes" de l’Administration de Georges W. Bush fut Symbolique. Ils ont détruit tout l’immense capital de la compassion et de la sympathie mondiale dont disposaient les Etats-Unis le 11 Septembre 2001 au soir. Ce jour-là cette terrible agression fut ressentie mondialement. Ses auteurs pouvaient donc être défaits. C’est un immense et consternant gâchis.

D’autre part Madame Mary Maers, directrice de la communication de l’EP Agency, a déclaré regretter qu’on ait sur le moment, beaucoup minimisé les risques à respirer "l’air poussièreux" du centre de Manhattan, à commencer pour les secouristes qui ne s’en rendirent pas compte, faute de temps pour réfléchir et faute d’avoir été avertis...
- Plus de 300 Pompiers de New-York qui "y étaient" sont aujourd’hui en très grave arrêt maladie à cause de ce qu’ils ont dû respirer. Les victimes secouristes à prévoir seront on le sait aussi maintenant, extrêmement nombreuses, au moins 41 000 personnes tomberont plus ou moins gravement malades...
- Souhaitons qu’on s’occupe un peu mieux de ces gens...

Dans les poumons d’un secouriste décédé ont été retrouvé :
- Du verre, du mercure, de l’amiante, du bois, de l’acier et du marbre en poudre, des hydrocarbures "divers" etc. On trouva même aussi, des fragments d’os humains. Cela peut donc se respirer et je l’ignorais.
- Des pompiers eurent juste le temps de constater avec surprise, en se trouvant dans le grand hall d’accès, ce qui s’était passé dans la cage d’un des grands ascenseurs dont la double porte d’accès venait d’exploser :
- Un réacteur d’avion qui tournait encore par son inertie fut en effet jeté dedans lors du choc. Ca aussi c’est sûr, chez Otis on n’avait pas vraiment prévu ça ! Un réacteur d’avion dans la cage d’ascenseur... Insensé n’est-ce pas ?

JPEG - 19.6 ko
Symbole de l’accueil du site

- Plan du Site & Plan de "Marine Inconnue"

Cette page ne serait pas complète sans rappeler ce que le Cdt Valério Borghèse voulait faire à New-York en Novembre 1943. Son terrible projet fut heureusement "suspendu" à cause de la chute de Mussolini en Septembre.
- Le Prince Noir S’il l’avait fait, on en parlerait encore chaque année...

A propos de l'auteur

Thierry BRESSOL

Officier radio-électronicien de 1ère classe de la marine marchande (1978/1991)
- Animateur de formation technique & Consultant Telecom GSM en SSII
- Rédacteur/correcteur


Souvenirs-de-mer : http://souvenirs-de-mer.blogdns.net/